PARCOURS
On pourrait dire de vous que vous êtes né en 1946 à Bruxelles... Que vous avez étudié les Beaux-Arts à Saint-Luc et qu'à votre sortie vous vous êtes inscrit dans l'atelier de Max Massot. Là vous avez appris la peinture à l'huile et l'art de la restauration de tableaux anciens. Vous êtes devenu un restaurateur de talent. Cultivant votre amour des beaux tableaux. A l'affût de trésors.

La légende veut qu'un jour en restaurant un portrait d'aristocrate au visage particulièrement ingrat vous vous soyez amusé à peindre en lieu et place une tête de chien...

Le résultat aurait été étonnant, l'idée de peindre des aristochiens lancée. Depuis le succès ne s'est pas démenti.

A cette biographie officielle, il faut ajouter que vous êtes avant tout animé par votre amour pour la grande peinture classique et le portrait.
L'idée de peindre des têtes de chien sur des portraits anciens vous est venue en constatant que la plupart des portraits d'ancêtres peints dans la grande tradition classique des XVIII et XIXe siècles étaient dédaignés et abandonnés dans les greniers. Alors pour qu'on les regarde et qu'on les respecte vous avez eu cette intuition géniale de leur donner une autre vie... canine.

L'idée provocante et géniale est de montrer que l'on peut peindre et recréer un portrait avec des traits d'animaux. Loin de peindre des chiens, il s'agit de peindre et de recréer dans la grande tradition classique des portraits psychologiques. Pourquoi les chiens ? A cette question vous avez répondu et démontré - en peintre - que plus qu'aucun autre animal il offrait une palette d'expressions suffisamment riche pour illustrer un caractère ou une émotion.

Thierry Poncelet vit et travaille à Monaco.
Charles Kleinberg

Humour et sensibilité, finesse et irrévérence, le surréalisme est une denrée dont l'alchimie est dangereuse et qui nous est typiquement belge. N'est ce pas en effet placer des objets dans un contexte insolite, ou une pensée dans un environnement qui ne lui est pas habituel?

Il faut toute la grandeur d'un véritable artiste pour que ces rapprochements redeviennent une création pure. Je dirais plus: le sourire qui nous vient aux lèvres à la vue des portraits recomposés par Thierry Poncelet, est lui aussi d'une rare qualité. Que la gentille "bête" qui sommeille en nous se reconnaisse donc dans ces tableaux psychologiques.

Historique

Quand les portraits d'ancêtres ont eux-mêmes des ancêtres, voilà à peu près à quoi ils ressemblent. Thierry Poncelet est un grand admirateur de Granville et sans à aucun moment le plagier, on peut croire que c'est bien l'ombre de ce grand graveur romantique qui s'est penchée sur son épaule le jour où il a eu l'idée de créer les aristochiens.

Mais on peut remonter encore un peu plus loin et constater que nos ancêtres ont toujours imaginé de curieux hommes à têtes de chiens, qui furent leurs dieux parfois, ou de lointains cousins, baptisés Cynocéphales, réputés vivre dans de lointaines contrées orientales. A ce titre ils ont peuplé les gargouilles des cathédrales et les livres enluminés.

Lire la suite
© 2011 All rights reserved. Thierryponcelet.com